Samaritains ouvriers de Genève

Zone d'identification

Type d'entité

Collectivité

Forme autorisée du nom

Samaritains ouvriers de Genève

Forme(s) parallèle(s) du nom

Forme(s) du nom normalisée(s) selon d'autres conventions

Autre(s) forme(s) du nom

Numéro d'immatriculation des collectivités

Zone de description

Dates d'existence

Historique

La date de fondation de la colonne de Genève des Samaritains ouvriers oscille entre 1933 et 1935, selon les documents considérés. Si la date qui semble avoir été retenue officiellement est 1935, les premiers registres de membres dont nous disposons mentionnent des cotisations dès 1933, et la liste des membres fondateurs à vie est datée de 1934 ‒ il s’agit du Syndicat de l’Hôpital cantonal (VPOD), du Syndicat maçons et manœuvres, du Syndicat papier colleur ainsi que de l’Union sportive de Carouge. Ce sont donc ces organisations ouvrières qui ont fondé la colonne sous l’égide de Roger Fischer (1902-1974). Ce médecin spécialiste de la transfusion sanguine, également co-fondateur de la Centrale sanitaire suisse (CSS) et membre du Parti communiste, est resté de nombreuses années le « chef de colonne ».
La colonne de Genève faisait partie de la Fédération suisse des samaritains ouvriers (FSO-ASB), fondée en 1924 et comptant une dizaine de colonnes au milieu des années 40. La FSO-ASB a existé, en tout cas durant les années 30 et 40, en parallèle aux « Freie Arbeitersamariter », davantage liés à la social-démocratie.
Les activités des Samaritains ouvriers se déclinaient sur deux volets : la solidarité internationale (aide aux républicains espagnols, aux partisans français et italiens etc.) et l’encadrement d’activités liées au mouvement ouvrier local (présence sur les stades de sports, mais aussi lors d’événements comme des rencontres chorales et autres soirées). Durant la Seconde guerre mondiale, les Samaritains ouvriers ont également intégré la Défense aérienne.
Dans le cadre des campagnes de solidarité internationale, les Samaritains ouvriers entretenaient des liens étroits avec la CSS, notamment pour l’aide à l’Espagne républicaine.
Sur le plan local, dans sa volonté d’améliorer la santé et le bien-être de la classe ouvrière, la colonne de Genève des Samaritains ouvriers et leur chef le Dr Roger Fischer sont à l’origine du dispensaire ouvrier des Pâquis (1938), au sein duquel les samaritains effectuaient des permanences, et du préventorium de Clair-Vivre (1942), qui accueillait des enfants durant les vacances.

Les Samaritains ouvriers prennent momentanément le nom de « Secouristes genevois » dans les années 60.

La dernière Assemblée générale des Samaritains ouvriers de Genève semble avoir eu lieu en 1988.

Lieux

Statut juridique

Fonctions et activités

Textes de référence

Organisation interne/Généalogie

Contexte général

Zone des relations

Zone du contrôle

Identifiant de la notice d'autorité

Identifiant du service d'archives

Règles et/ou conventions utilisées

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue(s)

Écriture(s)

Sources

Notes relatives à la mise à jour de la notice